drama · Du côté du pays du soleil levant · Japon

Du côté du pays du soleil levant #13 – Anego

anego.jpg

Noda Naoko est une femme de 32 ans célibataire et travaille dans une entreprise, ce qui dans la société japonaise est un véritable crime. Rendez vous compte ! À 32 ans sa vie est déjà finie, elle n’est plus qu’une vieille fille. Le drame. Elle est la senpai de tous les jeunes qui bossent dans son service et qui lui demandent régulièrement des conseils (qu’ils suivent plus ou moins) sur leurs relations amoureuses. Bon la trentenaire qui cherche désespérément à se marier c’est loin d’être une nouveauté, même si c’est la première série japonaise sur ce thème que je vois. Je crois que c’est un thème universel, on cherche toujours à nous faire croire qu’on est un échec ambulant si on n’est pas marié passé un certain âge.

Un jour Naoko rencontre un homme dans le métro, qui la sauve d’un boulet ivre, et elle pense que c’était le destin, jusqu’au moment où elle se rend compte (quelques secondes plus tard) qu’il est marié. Et s’il y a bien un principe que Naoko suit c’est de ne jamais JAMAIS avoir de liaison avec un homme marié. Mais elle craque quand même pour lui. Par hasard, ou bien à cause du destin, elle devient amie avec l’épouse de cet homme qui est une ancienne connaissance de travail. C’est pas la relation la plus facile. Perso, l’épouse je la trouve chiante et bien trop dépendante. Puis un peu psycho au fil des épisodes.

Ajouté à cela un petit jeune de 22 ans qui craque pour elle (ou qui cherche juste à tirer son coup ?), relation qu’elle ne peut BIEN SÛR pas poursuivre, il est bien trop jeune pour elle (ce qu’elle ne cesse de répéter à longueur d’épisode) et une mère qui la pousse à se marier, et qui lui arrange un rendez-vous dans ce but (l’angoisse) et vous avez un genre de bridget jones version japonaise. En gros.

Perso les triangles amoureux ont tendance à me saouler. Et je suis team petit jeune, après tout j’ai commencé la série pour l’acteur (Akanishi Jin), il ne pouvait en être autrement.

La série aborde des thèmes intéressants tels que l’adultère, la différence d’âge dans une relation, mais surtout bonjour le sexisme. Les femmes auront toujours tort, quoiqu’elles fassent, elle ne devrait penser qu’à se marier. Le travail n’est qu’une occupation le temps de trouver un bon mari et ensuite elle devra démissionner pour s’occuper de son petit mari (kill me now). Sympa la pression sociale. Néanmoins j’ai bien aimé qu’une de ses collègues qui entretient une relation avec un homme marié se fiche éperdument du mariage. Elle a renoncé à l’idée, elle est heureuse avec l’homme qu’elle aime qui a une petite femme qui l’attend bien sagement à la maison (cela dit elle culpabilise quand même, faut pas déconner hein) (bonjour la blague où le mec en question se plaint parce que c’est galère d’être avec l’une et pas avec l’autre (eh bien quoi il a peur de se tromper de prénom ou quoi ?)). Ou celle qui se marie et continue à bosser, qui entretient son mari même, au début, puisqu’il est au chômage.

La série est assez lente et peut causer des traumas crâniens si vous êtes du genre à vous taper la tête contre les murs quand vous êtes désespéré par le genre de perso qui ne pense qu’à se marier mais au final comme je me suis attachée à Naoko j’ai passé un bon moment devant cette série. Bon j’ai souvent gueulé au mec marié de se barrer et de laisser mon ship tranquille aussi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s