drama · Du côté du pays du soleil levant · Japon · séries

Du côté du pays du soleil levant #8 – Nobuta Wo Produce

nobuta-wo-produce2.jpg

Toujours dans ma période school/teen drama j’ai donc enchainé avec nobuta wo produce. Pour deux raisons, ou plutôt devrais-je dire pour deux acteurs, Yamapi que j’avais découvert dans dragon zakura et Kamenashi Kazuya découvert dans Yamato et revu dans la saison 2 de Gokusen. Deux de mes chouchous donc. L’avantage de découvrir les séries japonaises c’est que ma liste d’acteurs à suivre s’allonge très rapidement. Et donc la liste de filmographies à checker aussi. Le serpent qui se mort la queue, l’histoire sans fin pour mon plus grand plaisir et celui de mon niveau de japonais qui progresse lentement. Mais hey un peu tous les jours ça ne peut pas faire de mal. Breeeeef.

Nobuta wo produce c’est quoi ? C’est un mec super populaire, Shuji (interprété par Kamenashi Kazuya donc) qui est aimé de tous, qui a une jolie copine, bref LE garçon populaire par excellence dont tout le monde veut être le pote et qui adore tout le monde. Sauf le perso interprété par Yamapi, Akira, qui est un peu boulet, pataud, on dirait qu’il est stone en permanence, ce qui est un peu relou au premier abord et qui le rend attachant au fil des épisodes (je vous dis ça j’ai vu huit épisodes en une soirée et une matinée, on peut dire que j’aime la série). Akira considère Shuji un peu comme son BFF ce qui n’est absolument pas réciproque.

Shuji avait un rituel, sur la route pour aller à l’école le matin il touchait un arbre et était persuadé que s’il ne le faisait pas en gros la journée serait pourrie. Manque de bol pour lui, suite à des travaux l’arbre est arraché pour être déplacé ailleurs. Le jour où il le découvre il tombe nez à nez avec une jeune fille très renfermée sur elle-même qui parle à peine, fait une ébauche de sourire qui lui a fait peur et il la prend pour la fée de l’arbre en question (réaction parfaitement normale n’est-ce pas ?). Quelle n’est pas sa surprise quand il va à l’école le lendemain pour découvrir qu’elle est en réalité une nouvelle élève. Avec sa timidité maladive il ne lui faut pas longtemps pour devenir la tête de turc de la classe. On a l’impression de regarder mean girls un peu. Trop de compassion pour elle. La violence, si ce n’est physique, en tout cas psychologique, dans les lycées est assez représentée dans les dramas japonais, beaucoup plus que dans les séries anglophones que j’ai pu voir jusqu’à présent en tout cas. Non je n’ai pas encore vu Hana Yori Dango il est sur ma (très longue) liste. Parce que Matsumoto Jun. Bref. Reprenons. Cf Hana Yori Dango que j’ai donc vu depuis que j’ai rédigé cet article. Coup de cœur ultime dont je reparlerai plus tard.

Même si Shuji est obsédé par sa popularité, il pense que c’est le truc indispensable à sa vie pour avoir les meilleurs souvenirs possibles au lycée, il a bon cœur. C’est donc tout naturellement qu’il décide de prendre cette fille, Nobuko, sous son aile. Avec l’aide d’Akira il veut en faire la fille la plus populaire du lycée, mais sans qu’on sache que ça vient de lui. Résultat Akira et Shuji vont monter les plans les plus improbables mais toujours être là pour elle pour lui rendre la vie plus facile. Même la copine de Shuji s’y met dans un épisode. Mais tout ceci est sans compter sur la méchante de base. En effet, à leur insu ils sont suivis par une fille de leur lycée qui est bien décidée à s’en prendre à eux, et surtout à Nobuko et est prête à tout pour réussir. La perplexité devant tant de méchanceté gratuite est totale. Mais Akira et Shuji sont déterminés. Elle bousille l’uniforme de Nobuko en écrivant moche dessus ? Pas grave ils lui trouvent des fringues jolies à porter à la place, elle est de corvée pour créer une maison hantée pour le festival de la classe ? Ils se dévouent corps et âme pour l’aider à tout prix. Et ainsi de suite. Je les trouve trop chou même si parfois l’obsession de Shuji pour sa propre popularité peut être agaçante (et ça va finir par se retourner contre lui). Il est très attachant. Dans un épisode on peut voir l’opinion que son petit frère a de lui, qu’il écrit dans une rédaction et il a raison : Shuji est complètement différent à l’école et à la maison. Au lycée il est populaire et fait attention à son image. Mais à la maison il est normal. Il se dispute avec son petit frère mais prend soin de lui, s’attache les cheveux en une petite couette qui sur beaucoup (moi incluse) aurait l’air ridicule, mais qui ne fait qu’accentuer son côté cute. Mais quand quelqu’un (comme Akira par ex) le voit dans son état « naturel » dirons nous il se planque immédiatement, genre c’est trop la honte. C’est le genre de réactions qui fait mourir de rire.

C’était encore un gros coup de cœur, les personnages sont attachants, les histoires parfois exagérées ne nous font qu’aimer d’autant plus les personnages, le trio principal rend tellement bien. Un must see donc. Même si j’ai trouvé la fin à la fois belle et triste.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s