Livres

Notre dame des loups – Adrien Tomas

105208481_o

Ce qu’on nous annonce : 1868, aux confins de l’Amérique, les Veneurs, une petite troupe d’hommes et de femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage.

Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts que seuls les Indiens et les pionniers arpentent. Ils connaissent leur mission : elle pue le sang et la mort. Elle a le son des chairs qui se déchirent et des os qui rompent, des incantations vaudou, des balles qui sifflent et des molosses qui aboient. Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix. Une chasse pour abattre leur plus terrible ennemie : Notre-Dame des Loups…

Ce roman fut un véritable coup de cœur. J’ai adoré la narration, c’est du point de vue interne et on change de personnage à chaque chapitre, du coup ça permet d’en apprendre plus sur eux, mais c’est aussi intéressant de voir comment ils perçoivent les boulets qui les entourent. Ils ont tous des aspects attachants et d’autres parfois un peu chiant, les personnages font très « réels » de ce point de vue là. Ils ont tous une raison différente pour s’en prendre aux loups garous, une raison personnelle, ce qui ne peut qu’attiser notre compassion à leur égard.

Le fait que l’action se situe en 1868 aux USA change aussi pas mal la donne. Généralement les romans qui font intervenir des loups ou des vampires que je lis dans cette époque sont plutôt situés dans l’Angleterre victorienne et avec une bonne ambiance steampunk. Rien de tout ça ici. On est plutôt dans une ambiance western et le changement fut très agréable et original. L’écriture de l’auteur nous permet de nous plonger directement dans les pensées des personnages, sans jamais être gêné par le fait qu’on change de point de vue à chaque chapitre, bien que le premier changement fut assez brutal, c’est le moins qu’on puisse dire. On se rend tout de suite compte qu’on a changé, mais l’écriture ne change pas suffisamment pour que ce soit désagréable ou qu’on ait le sentiment d’avoir un roman décousu.

Au final, ce n’est qu’une chasse de loups garous pendant 300 pages, mais le contexte (parce que l’auteur n’hésite pas à aborder les conflits raciaux de l’époque) historique, l’écriture (des fois, vous êtes obligés de mourir de rire alors que ce n’est pourtant pas drôle, les personnages sont plus qu’en galère), et l’ambiance western mêlée d’horreur font que vous ne lâcherez pas le bouquin. Je l’ai pratiquement lu d’une traite. Même s’il fait moins de 300 pages, on ne le trouve pas trop court, l’action s’enchaine au fil des pages et on a aucun temps mort. Sa plume est addictive et je pense tester un autre roman de l’auteur très rapidement. Sans compter que les retournements de situation sur la fin m’ont vraiment surprise. Une belle découverte que je vous recommande donc fortement.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s