Livres

Morpheus Road tome 1 – D. J. MacHale

105947755_o

Ce qu’on nous annonce :

Marsh Seaver est un ado comme les autres. Il rêve d’écrire des bandes dessinées. Lui et son ami Cooper doivent passer leurs vacances d’été ensemble. Mais ce dernier, soupçonné de trafic de faux billets, est exilé par ses parents dans le chalet familial. Il disparaît sans laisser de trace. Marsh a alors d’étranges visions d’un être maléfique qu’il a lui-même créé en dessin : le Fossoyeur. Est-il devenu fou ? Est-il vraiment hanté par des fantômes immatériels ? Quelle est cette Route de Morphée que le Fossoyeur veut lui faire emprunter ? Quel rapport a-t-elle avec la disparition de Cooper ? Marsh ne sait pas encore où l’emmènera cette quête de vérité irrationnelle…Après le succès international de la saga de “Bobby Pendragon”, D. J. MacHale s’attaque cette fois à la génération au-dessus. Dans ce thriller fantastique qui rappelle l’univers de Stephen King, il entraîne le lecteur à résoudre une série de mystères.

Pauvre Marsh, au lieu d’un super été avec son meilleur (et surtout son seul) ami, il se retrouve solo avec pour seule occupation ses talents artistiques et son petit job étudiant. Comme si cela ne suffisait pas à sa détresse, le personnage qu’il a créé apparaît chez lui, et on peut dire qu’il est loin d’avoir de bonnes intentions à son égard. Comme si ça ne suffisait pas, son meilleur ami a disparu de la cabane de ses parents. Et bien sûr, Marsh pense qu’il est le seul à pouvoir l’aider à résoudre ce mystère. Donc, poursuivi par un monstre probablement tueur, il ne trouve rien de mieux que de demander à la sœur de Cooper. Sœur qui est au mieux désagréable avec lui, au pire franche insupportable. Pauvre Mash il s’en prend plein la gueule. Sans compter qu’il a un petit crush sur elle.

J’ai lu ce livre pratiquement d’une traite, la nuit, avec l’orage en bruit de fond. Ca plus l’écriture de MacHale qui fait bien flipper pour du jeunesse et ça suffisait pour me laisser suspicieuse de la moindre ombre dans ma chambre. Il a une façon de décrire la situation, on a l’impression que le fossoyeur est dans notre chambre (ceci est tout sauf rassurant). On n’a vraiment aucun mal à s’imaginer dans les baskets de Marsh, on a vraiment l’impression de vivre la situation.

Je compatis tellement avec Marsh, outre une enquête sur la disparition de son meilleur ami (couplée à des dialogues avec la sœur de celui-ci qui nous feront bien rire par la façon dont elle remballe régulièrement) il passe surtout son temps à s’interroger sur sa santé mentale. Et honnêtement, on ne sait pas ce qui est le pire, que ledit fossoyeur soit un pure produit de son imagination et qu’il soit bon pour l’asile, ou que ce soit une créature venue d’un autre monde avec des intentions tout sauf bonnes envers les vivants.

Ajouté à cela que ses ennemis ne sont pas uniquement ses hallucinations et on a une bonne VDM pour le pauvre Marsh. Parce que question humains qui l’entourent il est pas gâté non plus : son père est parti pour le travail, son meilleur ami a donc disparu, la sœur de celui-ci est une garce, le petit-ami de celle-ci est une brute épaisse qui planterait volontiers la tête de Marsh sur une pique… C’est la grosse ambiance. Et ça ne rend que tout cela plus intéressant parce qu’on s’attache direct à Marsh, ne serait-ce que par empathie.

J’espère que vous apprécierez ce roman autant que moi et je pense me lancer bientôt dans la suite puisque c’est une trilogie.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s