Livres

Vampire City, tome 1 – Rachel Caine

untitled

A peine a-t-on lu les premières pages qu’on ne peut éprouver de que de la sympathie pour le personnage principal. Claire, jeune fille de 16 ans –presque 17 si on n’est pas trop regardant sur la définition du mot presque– a eu son diplôme avec deux ans d’avance et se retrouve dans une petite fac du Texas, qui n’a rien de prestigieux, parce que ses parents refusaient de la laisser partir loin dans une grande université à cause de son jeune âge. Ah, les parents surprotecteurs ! Ils ont un instinct tellement infaillible qu’ils l’envoient direct dans la gueule du loup –enfin, du vampire. Et dans cette ville, ce n’est pas nécessairement nos amis aux dents pointues qui sont les plus à craindre.

En effet, la pauvre Claire a malencontreusement ridiculisée une fille à papa, Monica, qui a autant de connaissance en Histoire que j’en ai en littérature tchèque, et celle-ci a décidé de s’en prendre à elle. Si les premiers jours, elle n’a qu’à subir des farces de mauvais goût, elle en vient très vite à lutter pour sa vie, et doit donc déménager du dortoir des filles. C’est ainsi qu’elle rencontre trois coloc’ sympa : Shane, le séducteur, Michael, le mystérieux, et Eve, la gothique un peu barge qui l’informe que la ville est peuplée de vampires. Non, nous ne sommes pas à Sunnydale, mais à Morganville, et la tueuse n’est pas là pour protéger les habitants qui n’ont que deux solutions : se soumettre à un vampire en échange de sa protection, ou être un pique-nique sur patte une fois la nuit venue.

Claire ayant un don inouï pour attirer, au mieux, la curiosité, au pire, l’antipathie profonde à cause, en grande partie de son intelligence et de sa capacité à fourrer son nez n’importe où, elle fini par taper dans le radar de quelques vampires plus ou moins bien intentionnés, et par là même, attirer des ennuis à ses nouveaux amis. Elle a l’amitié dangereuse, mais elle est prête à tout pour les sortir du pétrin dans lequel elle les a mis (ce qui est, il faut l’avouer, la moindre des choses).

J’ai bien aimé ce livre, c’est de littérature jeunesse sans prétention, mais j’ai dévoré ses 358 pages et l’ai refermé avec tristesse, en ayant hâte de lire le deuxième tome. On a très vite beaucoup d’empathie avec les personnages principaux, Claire et ses colocataires ont tous des traits attachants, un passé plus ou moins douloureux derrière eux, et le fait qu’ils le cachent tous nous donne envie d’en savoir plus. Habituée à de la bit-lit narrée à la première personne du singulier, ça m’a fait bizarre de repasser à un point de vue extérieur, mais m’a évitée d’être trop prise par des gémissements internes de l’héroïne sur son sort, qui commençait à me lasser dans les derniers romans lus.

Même s’il y a quelques évènements qu’on devine d’avance, surtout d’un point de vue relationnel –on sait qui va finir avec qui environ deux chapitres après que Claire ait rencontré les autres protagonistes– certains évènements m’ont laissé bouche bée et des répliques ont failli m’étrangler de rire. Pratiquement pas de temps morts –on peut compter sur Claire pour s’attirer en moyenne un problème par chapitre– j’ai adoré la façon dont tout le monde tente de la protéger, malheureusement sans résultat, sa relation avec chacun des personnages qui pourrait paraître trop hâtive pour certains, mais qui s’explique par la personnalité de Claire. On serait à la place d’Eve on aurait la même tendance à vouloir la protéger.

Bonne lecture.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s